21. nov., 2015

Le projet de loi gouvernemental sur l’état d’urgence menace les libertés publiques

Le projet de loi leur accorde des pouvoirs immenses. Elles peuvent dissoudre des associations ou groupes, et assigner des individus à résidence ou perquisitionner leurs domiciles, dès que l’État estime seulement qu’ils pourraient à l’avenir troubler «l’ordre public». Ces mesures ne visent pas spécifiquement le terrorisme. En fait, le mot «terrorisme» n’apparaît pas une seule fois dans le texte présenté par Le Foll.

SOURCE http://metatv.org